Jame SAUREL, une tendre sérénité

img-0102-3copie.jpg

 





Jame SAUREL, une tendre sérénité

En 2010 la peinture de Jame Saurel affirme sa tendre sérénité sur des petits formats carrés de 28cm sur 28cm. 

Depuis ses premières toiles, sa manière d’appréhender l’espace, d’user de couleurs et des harmonies, l’artiste semble proche de Nicolas de Staël. On pense également aux contrastes sombres, aux clairs obscurs de Poliakoff, mais en peinture, comme dans la vie réelle les mêmes mots cachent un imaginaire différent.

 

Dans son travail récent, tout se joue entre le pouvoir de la couleur, la géométrie au service de l’architecture et l’architecture au service de la peinture.

Les valeurs du classicisme, la clarté, l’ordre et la sérénité, il les a adaptés à la peinture abstraite.

De près, des masses et des plans enchâssés définissent les espaces. De loin, on croit apercevoir des ruelles désertes, des maisons colorées, des fenêtres ouvertes. La Tunisie, L’Algérie, La Grèce ou L’Egypte, l’Antiquité vivante, il n’y a pas de doute, la Méditerranée est sa toile de fond.

La mémoire vibre.

Une surréalité s’installe comme dans les villes métaphysiques de De Chirico

Leur force évocatoire rappelle le labyrinthe de Dédale, le fil d’Ariane, la demeure du Taureau.

 

Son classicisme abstrait est lyrique, l’artiste peint sa mémoire : Le jaune et le brun l’or et le bleu, Nil tache verte dans la désolation, richesse et beauté dans le dépouillement écrit-il.  Comment faire autrement ?

C’est dans un entre deux que l’art inscrit son témoignage, entre la vie de l’artiste et le métier.

 

En 1996, il aurait pu prendre une direction différente. Ses huiles sur toile déclinent un monde inspiré par le cubisme orphique. Il peint alternativement des toiles dont la géométrie est bien structurée mais aussi, des formes arrondies, fondues sensuelles, s’imbriquant les unes dans les autres formant un puzzle savant et poétique.

Il traite ainsi la figure humaine qu’il inscrit dans une chromatique dynamique et dansante. Il  fait apparaître un œil, l’oeil du Cyclope, l’œil qui chasse le mauvais œil, l’œil du voyant, l’œil cacodylate ?

Une filiation bleutée nous ramène à une toile de 1913 peinte par Francis Picabia intitulée Udnie, inspirée à l’artiste par une danseuse étoile, durant son voyage à New York sur le transatlantique.

 

Une période plus opaque suit. Le gris domine, comme une peau monochrome où des motifs scarifiés semblent emprisonnés, emmurés dans la pâte comme dans une stèle antique.

 

Trais noirs grossiers, appuyés, rompus, l’architecture démembrée, disloquée, une gestualité étonnante, révolte contre soi-même, coulures, segments libérés de toute contrainte, signalétiques mêmes sont ses dessins qu’il accroche à des ports mentaux, dans la série intitulée Portart.

 

Mais depuis ses débuts, c’est la claire charpente de l’architecture qui taraude cet artiste,

amoureux de lumière et de couleur qui cherche inlassablement à trouver les belles proportions et la juste ordonnance entre la vibration chromatique et les parties. Jame Saurel traduit dans sa peinture la vie immortelle d’un paradis perdu.    

 

                                                                                                               Ileana Cornea avril 2011

 

 

 

 

                                                                                                               Ileana Cornea avril 2011

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire